Jean-Louis Le Tacon va toujours de ville en ville enseigner LA GYMNASTIQUE DES FILMEURS, l'art de filmer avec ses doigts, avec son corps. Il a emboité le pas de l'inventeur de cet art du filmeur-arpenteur Jean Rouch et ne cesse d'enrichir ce savoir-faire.

Oui, le cinéma, c'est oser filmer en solo, L'outil d'écriture c'est la caméra articulé au corps du filmeur. Je suis pour un cinéma d'arpenteur, de marcheur dans les espaces géographiques  et mentaux. Le cinéma est un dispositif d'énonciation qui met en jeu le corps du filmeur, sa force musculaire, sa puissance émotionnelle, son intelligence des situations où il se meut, sa virtuosité dans l'usage de l'instrument CAMÉRA. La caméra produit des événements filmiques qui emportent les gens, les lieus, les animaux, dans la "cinétranse". Jean-Louis Le Tacon


2016 : CHARCUTERIE CHEZ EMMANUELLE

Après TUERIE CHEZ PAULINE (2013), voici le montage de la performance Charcuterie/Film à Vrassac (86) au sein de la tribu d'Emmanuelle. La prêtresse transmet à ses enfants et petits enfants  les savoirs faire ancestraux de la charcuterie. Dans le cochon, tout est bon, de la tête à la queue tout est délicieux. Confirmation !

Après avoir tué le cochon, Emmanuelle et tous les membres de la tribu de Vrassac (Lieu-dit dans le Vienne) ont 105 Kilogrammes de viande sur les bras. Un savoir faire leur permet de s'attaquer à cette masse de bidoche, de la découper méticuleusement, et d'affecter les morceaux à des préparations charcutières diverses qui puissent être conservées. Cet art de la découpe et de la cuisine se transmet aux enfants et petits enfants dans un joyeux désordre.(Jean-Louis Le Tacon)

 

 


                        2016 : ATTENTION À LA MARCHE ! 

                        Nouvelle séance de Cinéma en Expansion ou action théâtrale et filmique, préparée et exécutée par un Kollectif                             d'Activistes durant les Rencontres Cinématographiques de Laignes en Juillet 2016. Provocation d'événements                               filmiques pendant 5 jours et projection-happening durant la séance de clôture. Le cinéma se fabrique avec les                               spectateurs du film, in situ, in vivo !


Captation de la performance Isabelle Blatrix, durée 3'8"

2015 : COCOTTE-MINUTE, CA VA BOUILLIR !

Mise en pratique  au VOX lors des Rencontres de Laignes (Côtes d'Or) du concept de Séance de Cinéma en Expansion ou Action Théâtrale et Filmique . Il s'agit d' une performance qui brise le cadre routinier de la séance de cinéma .La séance de cinéma glisse vers le happening : le lieu, les gens, les machines, les objets, le temps deviennent acteurs d’une pièce improbable. Incitateur, organisateur  de la performance : Jean-Louis Le Tacon. Animatrice du laboratoire des Minutes projetées lors de la séance: Isabelle Blatrix. Avec Denis Blatrix, Jean Paul Noret, Pascal projectionniste du Vox.



  2014 : LES JOURS D'ANGLES-SUR-L'ANGLIN   Pour répondre aux souhaits de l'association "Sauvegarde et Rayonnement des Jours     d'Angles" et de la "Maison des   Jours d'Angles sur l'Anglin" j'ai réalisé un film de communication qui présente d'une façon à la fois plaisante et didactique comment les ajoureuses d'Angles pratiquent la broderie à fils tirés suivant une tradition plus que centenaire, en évolution. Pour que ce film soit dans un esprit contemporain, j'ai fait appel à la styliste Trinidad Vergara (Vestidor) pour la direction artistique (choix du vêtement, zones à ajourer …) Ce film peut être vu à la maison des Jours d'Angles (Vienne). Durée : 11'45". Musique: Fabrice Barré.


2013 L'ABBAYE & MOIA l'occasion du 30 ème anniversaire de l'inscription de l'abbaye de Saint-Savin au patrimoine de l'humanité sous l'égide de l'Unesco, j'ai permis à 10  saint-savinois d'exprimer la relation  intime qu'ils ont entretenue et entretiennent  avec l'abbaye de Saint-Savin sur Gartempe et ceci par l'entremise du médium vidéo. Il s'agit d'une sympathique demande émanant de l'EPCC Abbaye de Saint-Savin  sur Gartempe et Vallée des Fresques. Durée : 1h.  Tournage à l'Iphone 5 à l'instar de Catherine Isserman qui confectionne les clips de Léonard Cohen avec ce même type d'appareil !


2013  LE FILM S'APPELLE "VOICI …", chronique de la construction de la cabane des chèvres et des événements qui s'en suivirent.  Le  Tacon s'empare d'un  iPad, de scie et de marteau et nous raconte la construction de la "casa" des chèvres malicieuses, turbulentes, Bella et Celeste.  Au centre du dispositif, Trinidad, la "mamita" des chèvres, styliste rayonnante et dansante. Se greffent mille événements de la vie, une partie de foot-trampoline, la fabrication d'un radeau de fortune, la mort d'un ami  … , et les facéties inattendues des chèvres elles-mêmes. Sept mois d'observations filmées, sept mois de montage, le grand plaisir du cinéma.  Tournage à l'Ipad, montage, mixage, réalisation : Jean-Louis Le Tacon. 30 minutes.  © Les films du champ du Ris 2013  

 




2013 : LE FILM S'APPELLE "VOILÀ …", chronique de la construction d’un poulailler sur pilotis et de la vie de la basse-cour du printemps 2011 à l’hiver 2012. Le filmeur prend comme outil, un vulgaire iPod-touch. Serait-ce la caméra-stylo qu'Alexandre Astruc attendait de tous ses vœux ? Oui si le filmeur entreprend d'écrire avec cet appareil son rapport au monde, d'y élucider  sa présence. Et justement, ici l'auteur tente d'élaborer son rapport à un lieu, un territoire qu'il occupe avec poules, chèvres, femme et enfants. Le filmeur laisse les saisons, les événements tracer le récit ."Voilà …"  Il ose  retourner la caméra vers lui : "il faut tirer vers soi, c'est irréversible"!  Il ose commenter en filmant, improvisation verbale et visuelle !  Durée 23 minutes . Format 16 /9. Filmeur, monteur, mixeur Jean-Louis Le Tacon . © JLLT 2012 . Sélectionné à l'École sauvage de cinéma de Laignes  (initiateur: Patrick Leboutte), au festival  de Doc en Courts de Lyon 2012, à la table ronde Cinéma et autobiographie organisée par l'APA à l'Ecole Normale Supérieure de Paris en mars 2013. 


2013 :TUERIE CHEZ PAULINE : le filmeur s'aventure en périphérie de son champ (visuel !) pour mettre en image le sacrifice du cochon chez Pauline et Yann. Ce couple réactive la tradition de l'élevage et du sacrifice suivi des préparations charcutières de l'animal rose et sympathique : le cochon. Les images sont très dures à supporter comme celles de tout sacrifice. La parole de Pauline et de Yann réagissant au visionnement de leur forfait élabore les dimensions culturelles que les humains ont tissées dans leurs rapports aux animaux. Ils nous aident à penser notre action carnivore ordinaire, humaine trop humaine. Tournage à la Z 7 Sony et à l'iPod-touch, montage, mixage : Jean-Louis Le Tacon. 30 minutes. © Les films du champ du Ris 2013.


 2012 :  GRANDEUR NATURE : Gratienne Bonan, artiste peintre vivant et travaillant à Angles-sur-l'Anglin, élabore des toiles de 6 mètres de haut d'une façon très gestuelle. Ici, le geste du filmeur se croise avec le geste du peintre en train d'élaborer une installation monumentale pour le festival de la Contemplation qui se déroule à l'observatoire de Tauxigny (Juillet 2012).  Mini Dv, 6 minutes. © JLLT 2012.


 2012VESTIDOR à Angles-sur-l'Anglin,( berceau des jours d'Angles) : reportage, léger, pétillant sur l'exposition de la styliste, Trinidad Vergara en juin 2012 à Angles. Il se trouve que sa ligne de vêtements pour femme VESTIDOR est magnifiée par des Jours d'Angles issue d'une tradition plus que centenaire de la broderie à fils tirés. Le public, de tous âges, de tous lieux est au rendez-vous et est convaincu que ce que propose Trinidad Vergara est bel et bien la voie pour la suite des "jours".  Vidéo numérique (Sony Z 7  et iPod touch). Image, son montage, réalisation  : Jean-Louis Le Tacon. © JLLT 2012     www.vestidor.fr


2012 : UBIK aux nuits de Jarry :  Enfin, le montage de la performance vidéo et rock qui s'était tenue, salle Alfred Jarry de la Maison de la Culture de Rennes en 1985. Ces images tournées avec fougue à la paluche  par Jean-Louis Le Tacon étaient restées dans des cartons : un vrai trésor mis à profit dans un montage numérique où vidéo et musique rock se confortent. Le chanteur et bassiste (guitare) Ubik  (Philippe Maujard) ainsi que le saxophoniste Daniel Pabœuf y sont magnifiés. 23 minutes, format 4/3. Filmeur à la paluche, monteur, infographiste : Jean-Louis le Tacon.  © JLLT  2012


2011:       COCHON QUI S'EN DEDIT  ."Quarante minutes au sein d'un élevage industriel de porcs. Il y a Maxime, emmuré seul avec mille bêtes assourdissantes. Il y a des tombereaux de merde. Il y a ses rêves inavouables. Il n'y a rien d'autre à voir, il y a seulement à éprouver." Patrick Leboutte. Thèse de Doctorat de Cinématographie soutenue à Paris X Nanterre sous la direction de Jean Rouch. Super 8, gonflé en 16mm et numérisé, 40 minutes. © Composite production 1980. Diffusion par les Editions Montparnasse sous la direction de Patrick Leboutte dans la collection le Geste Cinématographique .Prix Georges Sadoul  1980. Prix du festival du film du monde rural  organisé par le Ministère de    l'Agriculture (1980). Le coffret comprend, en complément  :

- L'homme cochon, 20 ans plus tard (l'auteur retrouve Maxime sur les lieux du désastre),

De l'Art ou du Cochon (Débat public entre Leboutte et Le Tacon sur le genèse du film), et

- Bretonneries pour Kodachrome : pamphlet où l'auteur fustige drôlement les spectacles folkloriques donnés en pâture aux touristes équipés de caméra. © Fistoulic Production 1975.


2010 :      CHEYNE EDITEUR ou le choix de l'indépendance  : Un film de commande : on ne vit pas que d'amour et d'eau fraiche ! Jean-François Manier co-fondateur de Cheyne, maison d'édition de poésie contemporaine a commandé à Le Tacon un film pour l'exposition  de Cheyne-éditeur à l'Orangerie du Sénat dans les jardins du Luxembourg. Le Tacon  raconte l' installation de cet éditeur-imprimeur  dans une ancienne école rurale du Chambon-sur-Lignon, la confection des livres sur le marbre avec des lettres de plomb, sa passion de la poésie, ses rapports avec les écrivains, sa politique éditoriale sans rien concéder au marketing, ses tournées dans toute l'Europe pour rencontrer libraire et  lectorat, la collaboration de sa femme Martine Mellinette, illustratrice. Efficace, précis et beau,  comme la poésie ! Bétacam  SP et  Dvcam  :  14 minutes. ©Cheyne-éditeur 2010


    

 2009 :   L'EGLISE DE SAINT-GERMAIN APRÈS RESTAURATION : il s'agit d'une    commande de l'Abbaye de Saint-Savin en bord de rivière de la Gartempe pour la commune de Saint-Germain qui se situe rive droite en vis à vis de la célèbre abbaye. L'auteur évoque les phases de la restauration de cette église charmante, elle aussi  en bord de Gartempe : maçonnerie, toiture, peinture murale, grisaille, plafond de bois. De curieuses trajectoires nous font découvrir des statues d'un style saint-sulpicien aux éclats polychromes.  13 minutes .Image,montage,mixage,réalisation :Jean-Louis Le Tacon.  © EPCC de l'Abbaye de Saint-Savin sur Gartempe. 2009


2008 :   CHRONIQUES DE CHANTIER : 6 chroniques  de 20 minutes sur le chantier de la dernière campagne de restauration de l'abbatiale de Saint-Savin sur Gartempe (Vienne), monument classé au patrimoine de l'Humanité sous l'égide de l'UNESCO. Il s'agit d'une commande de l'EPCC de l'Abbaye de Saint-Savin sur Gartempe qui visait à permettre aux visiteurs de découvrir par le biais de la vidéo ce qui se passait tout la haut sur les échafaudages interdits au public: la restauration de quelques 400 mètres carrés de peinture murale romane, entre autre chose. La caméra de Le Tacon  capture avec élégance le jeu qui s'instaure entre le regard du restaurateur ou de la restauratrice, leur outil et les surfaces visées.  Tous les corps de métiers sont scrutés : maître verrier, électricien, maçons, créateur des lumières, restaurateur des peintures figuratives et des faux-appareils, chercheurs du laboratoire des monuments historiques  …  A l'issue de la campagne sera réalisé un Dvd dit pédagogique sur les métiers de la restauration, en vente à l'accueil de l'Abbaye. 6 fois 20 minutes  Réalisation, image, montage : Jean-Lois Le Tacon.  © EPCC de l'Abbaye de Saint-Savin sur Gartempe avec la participation de l'EESI (Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers 2008.    


2008 :      SAINT-SAVIN, A LA CROISEE DES REGARDS, HISTOIRES DE

RESTAURATION : Les chroniques de chantier  (voir plus haut) deviennent le matériau  d'un documentaire de 70 minutes  mettant en perspective les partis-pris de restauration  de l'abbaye de Saint-Savin au cours des siècles. Ici il s'agit d'un document qui propose une réflexion sur ce qui a été décidé d'être fait et comment cela a été fait.   Les protagonistes s'expriment et s'affrontent à pas feutrés mais on discerne bien les clivages. Faut-il restaurer pour rétablir les choses comme à l'origine, faut-il restaurer en respectant les interventions des prédécesseurs tout au long de l'histoire ? L'architecte en chef des monuments historiques, le conservateur des monuments historiques, les membres du conseil scientifique, les restaurateurs s'expliquent et parfois polémiquent, ce qui est une bonne chose. Rien n'est lisse, heureusement ! Réalisation, image, montage : JL le Tacon. 70 minutes.  © EPCC de l'Abbaye de Saint-Savin sur Gartempe avec la participation de l'EESI (Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers 2008. 


2008 :     PASSAGES COLORÉS: 13 minutes de « tableaux numériques » réalisés à partir des travellings sur les peintures murales de l'Abbaye de Saint-Savin et des mises en image de l'architecture romane grandiose en bord de la Gartempe. Images,montage,réalisation  : Jean-Louis Le Tacon


2004-2007 : Conception, construction d'une maison dite d'architecture contemporaine au milieu d'un champ de 2 hectares. Une folie assumée par moi et mon épouse chilienne et soutenue par nos deux garçons. J'ai fait un saut de l'espace-temps filmique à l'architecture concrète !

2003 : L'EAU ET LE FEU, ICI ET LÀ : Les interventions pyrotechniques du plasticien Jaccard cadrées par le vidéaste Le Tacon proposent une ultime existence à la filature industrielle de Ligugé (86) en friche. Document déconcertant. Mise à feu, Christian Jaccard, Image, montage mixage, Jean-Louis Le Tacon. Directeur de la photo: Robert Millé .   Vidéo DVcam, 17 minutes. ©  EESI-JacTac  2003. 



2003 : TOTA PULCHRA ES : Essai numérique à haute teneur érotique inspiré par ce texte de Jean-      François Lyotard “...Mais c’est le corps non-organique, démembré, écrasé avec lui- même, replié, ficelé, rabattu par flaques et par lambeaux, fragments collés, non-ensemble d’objets partiels raboutés dans le prodige cacophonique ? “(Jean-François Lyotard, in Des dispositifs Pulsionnels 10/18). Conception, images, traitement numérique, Jean-Louis Le Tacon. © JLLT 2002.


1996 : ELOGE DE LA LENTEUR : Documentaire intégré à la soirée thématique de Claus Josten (ZDF)  "L'élan des lents ou la découverte de la lenteur" du 6 février 1996 sur Arte. Au cours d'une série de rencontres de 8 personnes  se développe  une réflexion sur le rapport au temps, sur des tentatives de se ré-approprier le temps. Images, montage, réalisation :  Jean-Louis Le Tacon. © ZDF et Nova Production 1996.



1996 :LA CHAIR DU TEMPS : Rencontre avec le peintre Jean-Rustin en haut d'un HLM à Montreuil. Il y passe de longues journées en face à face avec ses créatures grandeur nature, nues, usées, fatiguées, pissant ou coïtant.  Partie de programme extrait de l'Eloge de la lenteur : 10 minutes. 

 

 


1995 :BLEU PASSION : Portrait  de 13 personnes follement passionnées par la couleur bleue.  "Le bleu, c'est plein, plein, plein comme un œuf" dit l'une d'entre elle. Documentaire commandé par Claus Josten de la ZDF de Mayence en vue d'une soirée thématique sur la couleur bleu pour ARTE. Images, montage numérique, réalisation : Jean-Louis Le Tacon.  Journaliste: Emmanuelle K. Directeur de la photo: Christine Mignard. Musique originale : jean-Christophe Desnoux.  Betacam SP numérisé, 43 minutes. © Nova Production, Zdf Arte, France 3 Marseille et Toulouse. 


 1995 :   ÉCRIRE : 14 personnes de tous âges, de tous lieux nous parlent de leur pratique quotidienne de l'écriture, de toutes les écritures ordinaires. Documentaire -tourné avec les premières Handy-Cam, cousines de la paluche- et réalisé pour l'émission "Qu’est-ce qu'elle dit Zazie ?" de FRANCE 3, Paris, ILE DE FRANCE, CENTRE. Images, montage, réalisation : Jean-Louis Le Tacon. Journaliste Emmanuelle K.  23 minutes. ©Le Point du Jour et France 3 Paris Centre Ile de France 1995. Diffusion sur France 3.


1993LE RODEUR :  Au départ la film devait s'appeler VIVRE, car il s'agissait d'un programme  d'actes cinématographiques à vivre  proposé par Jean-Louis Le Tacon à Toï Curty, jeune peintre atteinte du sida. Le filmage des créations picturales numériques  avec Eve Ramboze (l'infographiste de Peter Greenaway), d'un voyage dans le désert égyptien, d'une escapade à l'Ile-Dieu, mais aussi des heures interminables dans sa chambre et dans les salles de soin de l'hôpital constituent la trame du film. Le monologue de Toï tente d'élucider sa lutte pour vivre encore et encore. Auteur: Toï Curty, Réalisation : Jean-Louis Le Tacon. Peinture, texte, palette graphique : Toï Curty avec la collaboration d'Eve Ramboze . Son: J.CH. Desnoux. Production: LES FILMS DU GRAIN DE SABLE, Coproduction: CENTRE INTERNATIONAL DE CRÉATION VIDÉO DE MONTBÉLIARD-BELFORT Prix du festival du film psychiatrique d'Auxerre en 1995


1992 :MA TELE A MOI , Reportage filmé à la caméra paluche sur le rapport intime des français à la télévision considérée comme un intime partenaire. N&B 13 mn,  pour Canal Plus. Image : JLLT. Journaliste : Emmanuelle. Casting et assistanat : Odile Sogno et Olivia Petrucci. Production : Ex-nihilo et Canal Plus. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon


1992 : L'ARPENTEUR DES MERS."La caméra arpente les espaces limites, les zones incertaines entre l'océan et le continent. Il est proposé aux spectateurs de retrouver le temps de la contemplation  et de la réflexion devant ces espaces qui nous rappellent que nous sommes faits d'eau, de terre, de lumière et de chair, matières premières de l'histoire  humaine. Des personnages hybrides s'ancrent dans cette géographie, dramatisent le paysage, tissent un lien vital entre l'homme et la nature, la mort et la vie." (Sylvie Marchand).  Betacam SP 27mn Assistant : Patrick Brochec.  Musique : JJ Palix. Production : Lazennec-Bretagne, Ministère de la culture, Conseil régional de Bretagne, CNAP, Conseil Général des Côtes d'Armor. Images/Réalisation : Jean-Louis Le Tacon


1992 :LE PLAN D'EVACUATION.  Journal de voyage à Riga en Lettonie  après l'effondrement du bloc soviétique conçu comme un film de science fiction. Ce serait exagéré que l'on pense à Alphaville de Godard, mais quad même ! On y cite même Georges Bataille. Handy-Cam , 10 mn. Prod : Ministère des Affaires Etrangères, Bureau des Editions Multimédia.

Image, montage, mixage Réalisation : Jean-Louis Le Tacon


1991 : LAC NOIR, ENTRE CHIEN ET LOUP, 23mn.

En vue d'une exposition dans une station du métro parisien désaffecté et de l'édition d'un coffret multimédia (livre, CD, DVD), le bureau des éditions multi-média du Minitère des Affaires Etrangères invitent trois vidéastes, deux cinéastes, deux créateurs radio et un photographe à "couvrir" une foire ancestrale en Transylvanie (Roumanie).  Jean-Louis Le Tacon participe à l'opération "regards croisés" en compagnie de feu Thierry Kuntzel et de bien d'autres.  21 ans plus tard l'exposition et l'édition sont toujours en préparation mais le film de Le Tacon est prêt.  Image : JLLT. Assistants Sylvie Marchand, Patrick Brochec. Musique : Christian Zanussi. Production : Bureau des Editions Multimédia. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon


1990TERRA INCOGNITA : A la demande d'Evelyne Artaud, directrice de collection au Cercle d'Art et organisatrice d'un symposium de création avec le matériau terre dans le parc de La Courneuve Jean-Louis Le Tacon part à la découverte de cinq sculpteurs  Mainolfi, Kenny, Yamada, Clément, Pontoreau. C'est un peu une caméra  "animal" qui tombe nez  à nez avec tous ces intrus dans l'immense parc arboré. Pas d'entretiens, pas d'explications,  mais une exploration cinématographique des œuvres. Image : JLLT. Assistants: Sylvie Marchand, Pamela Varela, Natacha Nisic. Production : ERCA, Conseil Général de la Seine Saint-Denis. Musique : John Assel, Litz, Beethoven. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon 


1990 :SOUS LES PIEDS DES VIVANTS : Jean-Louis Le Tacon reçoit du directeur de la DRAC du Poitou-Charentes la commande d'un film qui doit être de facture art vidéo sur l'évolution du site historique de Poitiers des origines à nos jours. Rien de moins ! Il s'agit de partir des fouilles récemment effectuées du site gallo-romain sur le quel sera plus tard édifié la cathédrale Saint-Pierre et aujourd'hui l'Espace Pierre Mendés France, centre de culture scientifique.  Le réalisateur fait appel à la fiction, à des paysages électroniques in situ, à l'usage pertinent d'archives. On peut dire qu'il en sort pas mal ! BVU 26 minutes. Production : DRAC Poitou-Charentes, Espace Pierre Mendès France, Ecole régionale des Beaux Arts.  


1989EXTRAIT DE NAISSANCE . Une demeure, on ne sait  si elle est encore habitée, si l'on assiste à un départ ou à un retour. Une voix d'homme raconte, nomme les objets, les lieux. Souvenirs d'enfance improbables. Un garçon, seul, attend dans le hall.  BVU transcodé en Beta  numérique : 23mn.  Co-réalisation avec Alain Jomier avec la collaboration de Olivia Petrucci. Scénario et texte : Jean-Louis Le Tacon  et Alain Jomier. Lumière : Anne Mustelier. Image : Jean-Louis Le Tacon  et Alain Jomier. Musique originale de Jean Christophe Desnoux. Voix : Gilbert Maurice. Montage : Michel De Lataulade. Interprétation : Laurence Clapier, Marc Fège, Olivia Petrucci, Pierre Mac Gallon, Julia Petrucci. Production : Jean-Louis Le Tacon , Alain Jomier, Ecole Régionale des Beaux-Arts de Poitiers, MI Production. Prix  spécial du festival d'Estavar  90. Diffusion sur Canal + en 1993. Prix de la vidéo érotique remis par   Delphine Seyrig    au festival d'art vidéo de  Nantes en 92.


1989 : ABSENT D'EGYPTE. Journal de voyage en Egypte. Le voyageur décide de ne pas s'écarter de  Gourna au pied de la montagne Thébaine en face de Louxor.  Le lieu, les gens lui conviennent. Il contemple caméra au poing les espaces, les visages, les gestuelles  si différentes des nôtres. Il rencontre un mystérieux Mister Dji  qui lui  procure des clefs  pour accéder à "l'esprit du lieu" . High 8mm ,20 mn. Production, image, montage réalisation : Jean-Louis Le Tacon.


1989 :LES FOLLES DE GREEHAM COMMON :  Reportage  réalisé avec Patrick et  Corinne Zerbib de la jeune agence de presse parisienne Awaks. Cette agence qui fournissait textes et photos sur divers sujets d'actualité souhaitait avec l'intervention de Jean-Louis Le Tacon proposer aux chaînes des reportages clef-en-main. Ce premier reportage montre le camp de la paix des féministes à Greenham Commun au sud ouest de Londres. Ces femmes s'opposaient par des "sitting", des "laying" au fonctionnement de la base aérienne anglaise qui accueillait les missiles "cruse" américains  porteurs d'engins atomiques. Cette occupation pacifique du lieu a duré de 1981 à 2000.  Umatic, 20 minutes. 

Sur la lancée, ils ont réalisé ensemble :

PUNKS-SPAGUETTIS  : il s'agit d'un reportage sur le même sujet mais cette fois à Comiso en Sicile où pareillement le gouvernement italien mettait à la disposition des USA leur terrain d'aviation militaire de Pio La Torre. Ici ce sont des punks italiens et toute une jeunesse enthousiaste de toute l'Europe qui se rassemblaient pour protester. Les carabiniers  italiens n'ont pas été tendres avec ces marginaux sans armes. Umatic, 20 minutes. Un extrait passera dans l'émission de Haute-Tension sur le rock. Production: Awack & Composite Production.

 


1988BONSOIR, JOLIE MADAME,3mn. Libre création en vidéo numérique sur la collection hiver Jean-Paul Gaultier 89. Les mannequins déferlent en vagues successives dans la grande halle de la Villette. des captures vidéo isolent et figent des modèles particulièrement vifs et somptueux. Des fonds de matière colorée se substituent à l'architecture de la grande halle. Des images de la statuaire enfantine de Paris apparaissent en vis à vis des modèles. Frais, jolis, astucieux … c'est le début de la vidéo numérique. D'aucuns trouvent cela démodé, ils ont tort !  Image: Jean-Louis Le Tacon, Pierre Bourgeois, Pascal Charpentier, Victor Simal. Assistante : Natacha Nisic. Montage  et effets sur Harry-Paint-Box :Eve Ramboze (toujours l'infographiste attitrée de Peter Greenaway et directrice de la société d'effets spéciaux numériques. Chanson : "Bonsoir jolie Madame de Charles Trenet . Production : Jean-Paul Gaultier, Ex-Nihilo, CNAP. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon.


1988 :AN ABAD PER BOURDELLES, AN EMSAVER.(Monsieur L'Abbé Bourdelles, l'éveilleur.) Au départ : une valise de films 9,5 mm remis par le professeur d'anglais à Jean-Louis  Le Tacon quand il fréquentait le collège très catholique  Saint-Joseph de Lannion en Bretagne.  Il en résulte un portrait d'un sage - turbulent- de la Bretagne Armoricaine, brossé à partir des archives 9,5mm   tournées par le curé lui-même dans les années 1950 et de ses écrits.  La facture de ce document  est très art vidéo. L'auteur,  ici, se risque à mélanger les genres, à brouiller les frontières. Mais pour quoi Pas ?  Au niveau des idées le réalisateur aborde par l'intermédiaire du curé la  question nationale, bien épineuse. Est-ce une question de paysage, de climat, de langue, d'héritage du passé, se souvenirs d'enfance, de croyance, de pouvoir ?   "Si l'homme ne prend pas en main son destin il aura comme avenir d'être éternellement un valet !".  Image : Jean-Louis Le Tacon. Archives et textes  : L'Abbé Bourdelles. Montage : Jean-Pierre Alanou. Assistant : Gaby Kerdonkuf. Musique : Melaine Favennec, Jean-Jacques Palix.  Voix de Yan-Fanch Kemener . Production : CAC de St-Brieuc, Ex Nihilo. Prix de la tradition Celtique au festival de Kaernarfon en 1988. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon; Diffusion Channel Four, France 3.



1988 :SOTTO VOCE .Un décor tactile pour le solo numéro 3 de Stephen Petronio. Performance risquée que d’entrecroiser deux formes d’expression artistique (vidéo et danse) deux imaginaires (celui du danseur et celui du vidéaste) Il peut y avoir trahison quelque part; mais cet écart, ce grand écart fera tout l’intérêt de cette expérience, sa force. Dans le solo numéro 3, Stephen danse seul, les pieds résolument rivés au sol. Nous imaginons un décor vivant qui va l'isoler, l'envelopper, l'enrober, l'oppresser : un décor tactile. Cette structure organique qui l‘enveloppe est comme une extension de lui-même, comme une vision de dessous la peau du danseur, une écriture dans sa propre chair des sensations qui le traversent : étirement, contraction, affaissement, érection, élan, essoufflement, plissement, spasmes, cris … comme si le corps du danseur s’échappait de lui même par sa bouche pour se dissoudre dans l’enveloppe, pour se répandre sur la paroi qui l’enserre. En définitive nous voulons donner une vision à la fois de l’extérieur du danseur (ses apparences visibles dans son spectacle) et les sensations qui le traversent comme autant de forces qui le travaillent, le tourmentent ou l’enchantent.  Betacam sp ,8 mn pour un réseau câblé de New-York. Image : Luc Pagès. Trucages incommensurables et éprouvant sur le système harry-Paintbox : Eve Ramboze. Assistante : Cécile Babiole. Décor : Nathalie Chignardet, Line Martenot. Production :Ex-Nihilo, Arcanal, The Kitchen. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon



1987ESPERO VERTE PRONTO POR ECCO  : Envoyé par le ministère des Affaires étrangères pour présider le festival d'art vidéo de Santiago du Chili en période de dictature Jean-Louis Le Tacon réalise un journal de voyage où sont présents les fantômes du fascisme, mais aussi l'espoir enthousiaste de jours meilleurs et des incontournables rêveries  amoureuses.  High 8 mm, 14mn. Langue  : français, espagnol.Prod : Ministère des Affaires Etrangères, Bureau des Editions Multimédia. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon



1986 : WATERPROOF. Au départ Daniel Larrieu, chorégraphe, fait appel au vidéaste Jean-Louis Le Tacon pour mettre en scène vidéo des séquences subaquatiques de son ballet éponyme Waterproof qui allait être représenté dans des piscines. Première chorégraphie sub-aquatique jamais réalisée, vidéo projetée sur un écran géant lors des spectacles "vivant". Mi-dieux, mi-hommes, les danseurs évoluent sous l'eau tels des créatures mythologiques dont l'apesanteur et l'ondulation des formes  font toute la grâce du mouvement". Une vidéo de 23 minutes en a été la résultante très captivante. Des effets vidéo très doux accompagnent les effets aquatiques de miroir, de déformations, de diffractions comme si ces effets optiques d'une surface liquide avaient devancés les effets électroniques.  Cette relecture du spectacle de Larrieu ne plait pas à tout le monde.   Oui, le cinéma crée un nouvel espace, à deux dimensions, coloré, mouvant, cadré, éclairé,  dans une durée et un rythme donnés. Ce n'est plus le spectacle vivant c'est une nouvelle création au combien fascinante. Chorégraphie : Daniel Larrieu. Images sub-aquatiques  : Henri Alliet. Images de surface : jean-Louis Le Tacon. Lumière : Françoise Michel. Partition sonore : Jean-Jaques Palix. Montage : Jean-Louis Le Tacon, Luc Riolon, Philippe Chevalier. Production : Arcanal, 2ème Bureau, Astracan, Vidéogram, Ex-Nihilo. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon.

Prix TUCANO 86 de Rio de Janeiro pour la meilleure vidéo expérimentale.

Prix de  vidéo d'art sur l'eau au "Projetto del Mare" d'Ostie 87.

Palme d'or au festival mondial sub-aquatique d'Antibes 87.

Diffusion par une vingtaine de télévision dans le monde entier.


1986 : VIDÉO-PLAISIR. Sept  magazines diffusés sur Canal Plus et  sur TV13 en Catalogne. C'est le  premier magazine des "curieux de l'image" pour faire connaître la vidéo-création, les possibilités de l'image électronique au "grand public" de la  télévision. Le magazine est découpé en rubriques courtes : Comment ça marche ? (présentation d'un nouvel outil électronique) , Carte blanche à … (le magazine met en œuvre un sujet court d'un jeune auteur) etc …  7x26 minutes. Auteur : François Bernhneïm. Réalisateur : Jean-Louis Le Tacon.  Montage : Jacquemin Piels. Production : Ex-Nihilo, Canal Plus, UMT, Duran, MCC de Saint-Etienne. 


  1986 :  ENTREZ-DONC, Reportages impertinemment   filmés à la caméra "paluche" sur la vie  quotidienne des français: Les quatre pattes, Il va dormir, Les accrocs des jouets, On s'habille, Je mitonne il se régale, Je pète la forme, ça fouette.  7 fois 4 mn, intégrés  au magazine Vidéo-Plaisir. Images-paluche, Jean-Louis Le Tacon. Co-réalisation :François Bernheïm/ Jean-Louis Le Tacon. Production  Ex-Nihilo, Canal Plus.

     


1986 : DORS, TOUT VA BIEN. Adaptation d'une b.d. de Jean Teulé du titre éponyme. Il s'agit d'un récit dans l'esprit grinçant de Teulé :  une explosion atomique évite à un jeune couple tous les désagréments du vieillissement. 4 mn, intégré au  magazine Vidéo-Plaisir. Co-réalisation Jean-Louis Le Tacon et Jean Teulé. Image : Robert Millié. Post-Production :Maison de la Culture de Saint-Etienne.


1986 : MUSIQUES SECRETES DE PARIS,  Six  paysages électroniques  de la ville de Paris qui mettent en résonance musique et architecture : l'escalier des heures, musique à tous les étages etc …  pour Tube, la télévision du métro de Paris .2 fois  6 modules de 3 mn . Image : Jean-Louis Le Tacon. Assistant : Emmanuel Deswartes, Christine Carrière. Montage Jacquemin Piels. Production : Ex-Nihilo, Transcommunication.


1985 : TÉTINE NOIRES, Vidéo-clip givré et osé pour les  quatre baby-rockers du Calvados : les    "Tétines Noires".  4 minutes ."Image : Jean-Louis Le Tacon. Montage : Michel De Lataulade.  Production : Tactac Production 1985. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon.


D'AMOUR ET DE KRISS série de 14 émissions pour FR3. Tournage et réalisation des vidéo-trottoirs à la caméra "paluche" pour l'émission de feu Kriss Graphiti que l'on voit au micro sur l'image .  Image : jean-Louis Le Tacon. Son : Christine Carrière. Porte-faix du magnétoscope : Emmanuel Deswartes,  Montage : Sophie Spielvogel. Production : Ex-Nihilo,FR3.


1984 : RHORHOMANIE  : vidéo-clip de promotion du groupe CARTE DE SEJOUR. Oui, il s'agit d'une commande. L'auteur a mis la gomme, il a fait tout ce qu'il savait faire, il a même filmé les seins et le fesses d'Orlan, la sainte aux seins percés. Mais bon, ce n'est pas  fameux pour autant ! 3 minutes.  Image : jean-Louis Le Tacon. Assistant : François Bergeron et Danielle Richard. Montage : Michel De Lataulade. Production : CBS, MCC de Saint-Etienne, Octet, Mosquito. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon 


1984  :MAMAN CA FAIT MAL : Le trompettiste fou éclaté, Jacques Berocal filmé intempestivement à la caméra paluche par Le Tacon, c'est électrique, épileptique.  Oui,  çà fait très  mal ! Performance de vidéo et de musique en transe aux nuits de Jarry à Rennes. Des spectateurs s'en souviennent encore ! 10 minutes insoutenables. Coréalisation avec Patrick Prado et Dominique Belloir. Production  atelier 108 et Composite production.


1984 : TOHU BOHU / ART ROCK 1984.   Les images d'une performance Rock & Vidéo à Saint-Brieuc. En scène : les musiciens de TOHU BOHU, le saxophoniste Daniel Pabœuf, le guitariste Pierre Fablet entre autres, le caméraman  Le Tacon équipé d'une Paluche Aatön  (dont les images étaient transmises en direct sur une dizaine de moniteurs vidéo). En PSIGLI (Petit Supplément Intéressant Gratuit Luxueusement Illustré) un maçon élevait un mur de briques de carton en avant-scène pour agacer les spectateurs. Ce fut une grande fête !  Restent ces images sonores mouvementées  montées avec Xavier Mohër et Jean-Pierre Allanou. Une co-production du Centre d'Action Culturelle de Saint-Brieuc et de Wild Rose -1984-.


1983LES INVITES DU CHATEAU : Se promener dans le château de La Roche Jagu, lieu d'exposition du Conseil Général des Côtes d'Armor, hanté par l'imaginaire de 20 plasticiens (Woodrow, Vilmouth, David Mach, Clarebout, Talouarn …). C'est une lecture vidéo  de l'exposition "Nécessité" (commissaire d'exposition : Madame Conan) qui pris possession du château de La Roche Jagu dans les Côtes d'Armor. L'objectif était de guider  les spectateurs dans leur découverte de ces objets étranges.  En effet l'accès à l'art contemporain fut pour beaucoup une épreuve, d'aucuns s'écriaient  "rendez-nous notre château" ! 20 minutes, Umatic. Images, paluche et Betacam  : Jean-Louis Le Tacon . Assistant : Alain Jomier. Montage : Michel De Lataulade. Production : Association du Château de La Roche Jagu et Composite production. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon


D.A.F Deutsch Amerikanische Freundshaft  18 minutes  jean-Louis Le Tacon

1982 : DEUTSCH-AMERIKANISCHE FREUNDSHAFT : Les coups de caméra "paluche" sculptent dans le cuir noir ces deux rockers de Berlin.  Sons et textes pour le moins provocateurs et images surprenantes. Tournage à la paluche en prise direct sur un concert à Lyon. Des fictions tournées aussi à la paluche sont tissées dans le droit fil du concert. Umatic, 18 mn. Avec la participation décisive d'Anne Lainé. Image : Jean-Louis Le Tacon. Acteurs : Patrick Prado, Jean-Christophe Colmon, Choukri. Montage :Philippe Durand. Production : Composite 1982. Réalisation : Jean-Louis Le Tacon


1982 :    BRISURES D'ABERS : Suite à Cochon qui s'en dédit, Le Tacon se cherche, il ne veut pas se répéter. Il se lance dans une œuvre en 16 mm tournée à l'Aäton avec un chef opérateur professionnel de la profession et en collaboration avec un chinois de Hong Kong, Chi Yan Wong. Que d'exotisme !  Le thème par contre reste territorial : quelques portraits  de fous amoureux de la Bretagne Armoricaine. L'écriture est très formelle : les gens devaient apprendre leurs textes par cœur et les plans étaient résolument fixes et bien éclairés. Tout le contraire de la méthode de Cochon qui s'en dédit. Bon, il parait qu'on s'ennuie un peu !  On y voit  quand même Jean-Louis Le Tacon, bardé de l'écharpe tricolore de son père défunt, ancien maire de Pontrieux  (Trégor), déclamant en plein champ  désert le discours d'inauguration d'un transformateur électrique, discours écrit par son papa.  16 mm, 58 minutes, numérisé.  Image: le professionnel de la profession, Claude Michaud et de rares plans en spirale de Jean-Louis Le Tacon (Michaud ne voulait pas lâcher son Aäton). Montage : une professionnelle de la profession, Madeleine Beauséjour . Son : un vrai professionnel de la profession, Dominique Vieillard. Musique :Mélaine Favennec, Dan Ar Bras, Gérard Delahaye.  Co-réalisation : Le Tacon et Wong. Production : composite 1982.


                                         Indoor Life  Le Tacon & Anne Lainé

1981CALIFORNIA CAUCHEMARD, 15'   et  INDOOR LIFE, 15' . 

Créations de vidéo musicale prenant comme départ le filmage à la caméra paluche  et en direct des concerts des groupes new-wave   Tuxedomoon  et  Indoor Life,   organisés  par  le Confort Moderne  au "Théâtre" de Poitiers. Insertions de bribes frictionnelles en contre-point de ces sonorités et textes envoutant.  Tournage en direct à la caméra paluche  : Jean-Louis Le Tacon. Co-réalisation  avec Anne Lainé.  Production: Composite production.


1979COCHON QUI S'EN DÉDIT (voir plus haut, 2011, coffret Éditions Montparnasse)


 1975 :  BRETONNERIES POUR KODACHROME (voir plus haut, 2011, coffret Éditions  Montparnasse)


1971-1974
- VOICI LA COLÈRE BRETONNE: LA GRÈVE DU JOINT FRANÇAIS (Saint-Brieuc)

    Super 8 mm, 40 minutes, numérisé,

-  NOUS IRONS JUSQU'AU BOUT,LA GRÈVE DES KAOLINS DE PLÉMET (Côtes d'Armor). Super 8, 30 minutes, numérisé .

Deux films tournés dans la période ouvertement    militante de Jean-Louis Le Tacon qui avec bien des camarades venaient de créer les groupes Torr e Benn (Casse leurs la tête ) sur le modèle des Kinoks de Dziga Vertov en Union soviétique. Ces films mille fois diffusés "à la base" soulevaient l'enthousiasme, exaltaient les cœurs et les esprits. Ces films sont actuellement considérés comme de précieuses archives et sont rentrés dans la composition de films comme "LE FOND DE L'AIR EST ROUGE" de Chris Marker, dans "ET DEMAIN" de Michel Royer, diffusion Canal Plus (97) et dans "CEUX DU JOINT" de feu Ariel Nathan (diffusion France 3 , 2002).


Contact, Information, Location, achat de film :

Jean-Louis Le Tacon        0611506901       jeanlouis.letacon@free.fr